Matthieu Fortin (piano)

matthieu-fortin

Recherché pour sa polyvalence, le pianiste Matthieu Fortin aborde avec autant d’aisance les répertoires traditionnel et contemporain. De Beethoven à Boulez, en passant par Chopin et Ravel, il interprète avec brio et sensibilité les grandes œuvres des compositeurs d’hier et d’aujourd’hui. Son travail a d’ailleurs été récompensé à plusieurs reprises et beaucoup d’institutions ont souligné la carrière prometteuse qu’il entreprend. Deux fois récipiendaire du prix du Lieutenant-gouverneur du Québec (2002 et 2005), il remporte en 2004 le prix Joseph-Rouleau du Concours Musical International de Montréal visant à récompenser le meilleur artiste québécois du concours. Il a également été lauréat du prix CBC-Galaxie « Rising Star » en 2005, en plus d’être boursier de plusieurs organismes, dont le Conseil des arts du Québec, le Conseil des Arts du Canada, les Jeunesses musicales du Canada et le Fond québécois de recherche sur la société et la culture.

Après l’obtention de son doctorat en interprétation de l’Université de Montréal (2007), Matthieu Fortin confirme son intérêt pour la musique contemporaine en complétant un cycle de perfectionnement au Conservatoire de musique de Montréal (2009) sous l’aile de la pianiste de réputation internationale Louise Bessette. Au cours de la même année, il obtient une bourse de perfectionnement du Conseil des arts du Québec et entreprend un stage de trois mois, en Allemagne (Berlin), auprès de Jacques Rouvier. Il avait préalablement fait ses classes auprès de Jacinthe Couture, Marc Durand et Paul Stewart.

Sa collaboration avec le milieu de la danse est notoire. Il collabore d’abord, en 2006, à la reprise du Projet Roy, une présentation de Danse-Cité, où il interprète, aux côtés du danseur Ken Roy, des œuvres pour piano de Chopin. Alors remarqué par la chorégraphe Hélène Blackburn, il est recruté à titre de pianiste pour sa compagnie de danse contemporaine : Cas Public. Il a participé à deux créations de la compagnie, Suites cruelles (2008) et Le cabaret dansé des vilains petits canards (2009), en plus de collaborer à la reprise du spectacle Journal intime. Au cours des dernières années, son travail avec Cas Public a pu être vu et entendu lors de multiples tournées internationales.

Ayant à cœur le travail de création avec les compositeurs de sa génération, il a commandé et/ou créé, au cours des dernières années, des œuvres de Julien Bilodeau, Linda Bouchard (+Quatuor Bozzini), Thomas Stiegler (+Quatuor Bozzini), Stacey Brown, Éric Champagne, Benoît Côté et Ana Sokolovic.

D’une manière plus générale, on l’a entendu au cours des dernières années en récital, avec orchestre ou en musique de chambre en Europe, aux Etats-Unis, en Chine et au Canada, où il a, entre autres, fait partie de la programmation de l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-St-Jean, de l’Orchestre de la Francophonie, du Printemps musical de Silly (Belgique), du Chœur classique Vaudreuil-Soulanges, du Centre d’arts Orford ainsi que des Festivals internationaux de Lanaudière et du Domaine Forget.

Consacrant également une partie de son temps à l’enseignement, Matthieu est professeur et pianiste accompagnateur à l’École de musique Vincent d’Indy et au département de musique de l’UQAM.

Enregistrements

Martin Lachance: Barcarolle, Sang d’encre, Ondulations